Moi, mamentrepreneure

Je n’ai pas inventé l’expression mamentrepreneures, mais elle me colle tellement à la peau que je l’utilise à toutes les sauces. Je suis maman, je suis entrepreneure. Je ne suis pas tombée dedans comme Obélix quand j’étais petite, mais on dirait que ma vie a été orientée en ce sens.

Recevez mon infolettre gratuitement ici

À 12 ans, j’ai découvert le métier de journaliste, plus particulièrement, le domaine de la presse écrite. J’aimais écrire, les histoires, les gens. Je me disais qu’être payée pour raconter des histoires, c’était juste trop beau pour être vrai.

Au secondaire, j’ai fait tous les journaux étudiants. J’étais le leader, j’écrivais, je corrigeais, je faisais la mise en page avec une amie. En quatrième secondaire, après avoir fait partie des cinq finalistes d’un concours d’écriture du quotidien Le Soleil, j’ai écris plusieurs articles pour le cahier Étudiant de celui-ci.

Puis, se sont enchaînés tant bien que mal le cégep et l’université en communication/profil journalisme. Je dis « tant bien que mal » parce que, malheureusement, en tout début d’université, j’ai appris que je souffrais de Trouble panique avec Agoraphobie (TPA). Mon histoire, bien que palpitante j’en conviens, ne sera pas élaborée davantage dans cet article, faute de place. Mais elle est importante pour bien comprendre la coupure qui s’est faite à ce moment-là dans ma vie. Ne vous inquiétez pas, je vais maintenant très bien 🙂

À la fin de mon université, cumulant des emplois inintéressants et stressants, j’ai un jour décidé de créer mon propre job afin de travailler chez moi et me donner une chance de diminuer mes angoisses. Mes aptitudes en écriture et en langues m’ont orienté vers la traduction. (Je l’avoue aujourd’hui, je n’y connaissais pas grand chose, mais ça, les clients n’avaient pas besoin de le savoir… !)

J’ai été traductrice quelques années, jusqu’à ce que je tombe enceinte de Julianne. J’ai eu beaucoup de plaisir à traduire et corriger toutes sortes de textes sur tous les sujets, mais aussi deux livres, « Un coup de pied bien placé » et « Des plus brillants exploits ».

couverture-quebecor-200x300

coverspread-e1277562123252

 

Malheureusement, les échéances toujours plus courtes et le nouveau bébé (prématuré) qui prenait toute la place ont eu raison de ma carrière de traductrice. J’ai alors cherché à offrir un produit au lieu d’un service ; comme ça, je pouvais mieux concilier travail et jeune famille. Au départ, Bébé Bottine était une friperie en ligne de souliers et de bottes en excellent état. J’ai eu un petit succès, mais rien pour écrire à sa mère🙂

B+®b+® Bottine 085_1 B+®b+® Bottine 085_9 B+®b+® Bottine 085_11 B+®b+® Bottine 085_15

( Photos: Geneviève Grimard Photographe)

Les tuques sont venues un peu plus tard, lorsque j’ai publié une photo de ma tuque Lion rose sur mon mur Facebook et qu’une amie y a écrit : « Ne cherche plus l’orientation de ton entreprise. Tes tuques sont juste débiles ! »

L’année dernière, après 5 ans à la tête de Bébé Bottine, j’ai commencé à déprimer. Je sais depuis longtemps qu’il s’agit là d’un passe-temps bien plus que d’un travail rentable, même si j’ai fabriqué au-delà de 2000 tuques, accumulé 11,000 fans Facebook, 1000 fans Instagram… au bout du compte, des chiffres qui veulent plus ou moins rien dire. Je continue à vendre des tuques parce que j’aime ça, mais j’ai rayé l’idée d’en faire carrière.

Je pense que ce qui me plaît dans l’entrepreneuriat, c’est le défi qui s’y rattache. J’ai quitté un groupe Facebook que j’avais créé parce qu’il « roulait » tout seul… pour en créer un autre. Une chose est sûre : j’aime ça ! Et parlant de défis, avec PURE LAINE Magazine, je suis servie ! 🙂

(Le texte initial provient de mon blog Bébé Bottine et a été publié la première fois en mars 2013.)

Enfant, que voulais-tu faire plus tard ?

© 2016 Julie Turbide pour PURE LAINE Magazine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s