#februarynobuychallenge : bilan!

Du 1er au 28 février, j’ai décidé de me mettre au défi : vivre tout un mois sans acheter autre chose que de la nourriture, de l’essence/billets d’autobus et des médicaments. Voici le bilan de mon temps d’arrêt et de mes réflexions!

Avant de penser à ne rien acheter, j’ai passé tout le mois de janvier à désencombrer de A à Z et à fabriquer mes produits d’hygiène et de nettoyage, ce qui a engendré des dépenses supplémentaires pour des huiles essentielles, de l’huile de coco, de l’acide citrique, etc. À la fin, je me sentais prête à relever un nouveau défi. La perspective de vivre tout un mois sans sortir la carte de crédit me paraissait accessible.

IDÉES PRÉCONÇUES

Comme vous avez pu le voir sur mes différentes plate-formes (blogue, Facebook, Instagram), j’ai parlé régulièrement de simplicité volontaire  (#simplyliving) et de non-consommation (#nobuy) depuis le début de l’année, ce qui a intrigué plusieurs de mes amis et connaissances. De mes conversations personnelles ont découlé des idées préconçues, vous savez, le genre de choses qu’on dit à voix haute pour se déculpabiliser et se donner bonne conscience #jeconnaisça.

« Je fais déjà attention. » Moi aussi, je pensais ça… jusqu’à ce que je vérifie mes comptes bancaires et jette un regard critique sur mes possessions. J’ai un amour démesuré pour les brocantes et les friperies, ce qui me donnait bonne conscience d’acheter usagé. Mais est-ce que toutes mes possessions usagées étaient utiles, même si elles me remplissaient de joie (#sparklejoy)? Pas toujours. Donc, acheter usagé = oui, mais dans la mesure où l’objet est utile.

« Je n’ai pas le temps. » Il faut PRENDRE le temps de s’arrêter pour réfléchir à sa consommation. Pourquoi travaillez-vous autant? Pourquoi dépensez-vous autant? Et si AVOIR moins vous permettait d’ÊTRE plus? Et si, par la diminution de vos dépenses, vous n’aviez plus besoin de travailler à temps plein tous les deux? Imaginez la pression que vous enlèveriez sur les épaules de la conciliation travail-famille!

« Je n’ai pas le choix. » Prenons en considération que vous êtes en couple (et non monoparental), donc oui, vous avez le choix. Apporter des modifications à sa vie ne se fait pas du jour au lendemain ; pour ma part, j’achète québécois depuis 4-5 ans. Usagé, depuis 3-4 ans. Je désencombre depuis 6 mois. Je fais mes produits maison depuis 1 mois. J’essaie(!) de m’entraîner depuis 6 mois. Je n’ai pas commencé à manger santé. Tout est une question d’effort, de persévérance et de conviction. Je n’ai pas encore la conviction de l’importance de manger santé (je sais, je sais….), mais ça va venir. En prendre conscience est déjà un pas de géant.

img_1482

Ma serre, mon bonheur

LISTE D’ACHATS

Voici la liste des choses que j’ai acheté en février (parce que non, je n’ai pas réussi mon #nobuy… mais j’ai procédé à des achats hyper-réfléchis) :
– Trois lampes de croissance pour ma serre (légumes+fines herbes), au coût de 65$ chacune. C’est un investissement pour rendre la culture plus efficace et ça m’apporte un bonheur quotidien. Achat accepté! 🙂
– Une rallonge électrique (9$)
– 2 vestes sans manche pour le printemps,réversibles, usagées : 3,50$ chacune.

img_1454

Pas mal!

Habituellement, je m’en sors bien côté pharmacie, mais ma plus jeune a fait une pneumonie, ce qui m’a coûté presque 250$ en pompes (avant retour d’assurances), Tylénol, sirop Boiron et autre. Je m’en serais bien passé. Par contre, c’est aussi pour ça qu’il faut faire attention aux dépenses : les imprévus.

img_1453

Pas facile d’être malade…

Je n’ai pas trouvé mon expérience trop difficile. Comme j’achète beaucoup sur Amazon pour les produits que je ne trouve pas à Val-Bélair, je prends maintenant soin de laisser mon panier d’achat ouvert pendant 48 heures avant de procéder au paiement. C’est con, mais 90% du temps, je supprime les produits par non-nécessité. Une belle façon de mettre fin à ma consommation impulsive!

Aussi, je me suis vite rendue compte que le mois de février coïncidait avec la promo Dérrrrroule le rebord chez Tim Hortons, promo que j’ador(ais). Si, l’an passé, j’y allais 4 fois par semaine, je suis ravie de n’y être allée qu’une seule fois en 28 jours!

Dans tes dents, mon Tim.

LES P’TITS +

  • Moins de restos le vendredi soir = préparation de bouffe « resto » maison (pizza, hamburgers, poutine, etc.) ;
  • Plus, beaucoup plus de visites à la bibliothèque municipale (lecture de magazines, emprunts de livres, moment relax) ;
  • 1x bain pour adultes à la piscine municipale ;
  • Plus de promenades en famille et permettre à ma 7 ans de jouer à Pokemon Go 🙂

ET APRÈS?

Je compte bien continuer à me questionner sur la pertinence de mes achats, tout en cherchant des alternatives (emprunt, usagé, troc, etc.). Et vous? 🙂

© 2017 Julie Turbide pour PURE LAINE Magazine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s